NAO 10 mars 2017 : Augmentation générale = ZERO

Non contente d’avoir dû interrompre momentanément la première réunion de négociation, alors qu’aucun incident majeur n’avait été relevé, la direction, soucieuse de son image auprès du grand public et de ses administrateurs nationaux, a décidé de délocaliser la seconde réunion au centre de Paris !
C’est ainsi qu’elle espère améliorer la qualité de son dialogue social : toujours plus loin du cœur de l’entreprise et surtout de ses salariés !

A l’issue d’âpres et intenses négociations, c’est sans surprise que le taux d’Augmentation Générale sera égal à Zéro !
L’épisode chaotique de la rémunération de nos dirigeants du COMEX couplé à la colère légitime des salariés n’auront pas eu raison d’une direction sourde et campée sur ses positions !
Pour la direction c’est un set à zéro, soit 6 années sans augmentation générale !
Où sont les promesses et signatures des clauses de retour à bonne fortune ? Pas dans la poche des salariés !
Concernant l’enveloppe pour les augmentations individuelles, elle sera cette année de 2.1%. Mais attention, cette dernière inclut les promotions, l’ancienneté, les Augmentations Individuelles de Performance (AIP)…
L’AIP, elle, sera de 0.8 % pour les non cadres et de 1 % pour les cadres, à savoir : objectifs partiellement atteints.
Quant à la rémunération brute minimale annuelle garantie, pour 2017 son montant sera de 23 000 euros.
La PUA, comme pour les années précédentes, sera versée le 15 juin et son montant reste inchangé, soit 1400 euros.
Exceptionnellement, une revalorisation du minima des plages de rémunération N4 et N5, à hauteur de 4 points est également proposée.
IL N’Y AURA DONC :
· aucun rattrapage sur notre perte de pouvoir d’achat.
· aucune augmentation des IKV/IKS, ni de déplafonnement des distances.
· aucune revalorisation des heures de nuit commençant à 21 heures.
· pas d’équité des primes et indemnités entre les différents secteurs de notre entreprise.
· pas la moindre revalorisation pour ceux qui travaillent le samedi et le dimanche.
· aucune précision sur les mesures qui permettront de garantir une égalité salariale entre les femmes et les hommes.
· rien sur la réintégration de l’ancienneté des cadres, ni sur la réintégration de la prime d’ancienneté dans le salaire de base de tous les salariés.
Et pour finir il n’est pas question de supprimer la proratisation des primes et indemnités en fonction du taux de travail.
Quant à l’ouverture de négociations sur les 32 heures et l’emploi : alors là, circulez il n’y a rien à voir !
Ah la bonne fortune, quand certains en profitent copieusement d’autres attendent toujours et désespérément son retour… Les salariés vont-ils éternellement se contenter des miettes de leurs riches dirigeants ?
La CGT consultera les salariés pour la suite à donner à ces indécentes propositions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.