BYE BYE 2016 In 2017 we trust…Together !

La page de l’année 2016 fraichement tournée, c’est l’occasion d’effectuer un bilan. Une fois de plus, nous aurons connu une année mouvementée avec en point d’orgue le départ vers l’IATA d’Alexandre de Juniac, beaucoup trop clivant chez Air France comme chez KLM, et l’arrivée de Jean-Marc Janaillac en provenance de Transdev et plus lointainement, de l’ENA avec un camarade de promotion nommé Hollande.

Alexandre de Juniac a fini par jeter l’éponge, constatant que sa personnalité et ses méthodes empêchaient toute discussion et/ou négociation sereine dans l’entreprise. Il est parti diriger l’IATA, l’association internationale du transport aérien. Jean-Marc Janaillac est arrivé début juillet, après avoir dû éteindre en catastrophe l’incendie qui faisait rage entre la direction et les pilotes.

Il n’était pas encore en poste (!) qu’il obligeait Frédéric Gagey à reporter la mise en application du paiement à la baisse du tarif des heures de nuit des pilotes qu’il tentait d’imposer par la force. C’est à ce moment que Fréderic Gagey a vraisemblablement perdu sa place de PDG d’Air France, le conflit des hôtesses et stewards n’ayant fait que confirmer la défiance qui régnait entre salariés et direction…

Vous reprendrez bien un plan social déguisé en plan de croissance ?

Comme il est de tradition, à chaque PDG son nouveau plan avec son nouveau nom et sa nouvelle équipe. Bon, dans les faits, le nouveau plan ne renie RIEN de Perform 2020, son nom « Trust Together » semble tout droit sorti d’une séance de psychothérapie collective et la nouvelle équipe n’est en fait un vaste jeu de chaises musicales ou chacun échange son poste avec l’autre !

Les annonces du début du mois de novembre paraissent aujourd’hui lointaines. Chaque syndicat a eu le temps, depuis, de se rendre compte de l’ampleur de certaines mesures contenues dans les orientations stratégiques du plan Trust Together.

La nouvelle compagnie : une arme fatale au service de l’emploi précaire

Cette annonce a surpris tout le monde. Et elle est osée. En résumé, la direction a compris qu’il serait intenable pour les salariés de subir une nouvelle baisse de leurs conditions sociales et d’emploi compatible avec la baisse de coûts souhaitée, à savoir 20 %.

Ainsi, après le conflit des PNC cet été, la direction a pu prendre conscience que ceux-ci n’étaient pas prêts à voler plus pour gagner moins. On les comprend !

C’est dans ces conditions que Jean-Marc Janaillac a annoncé que les PNC de cette nouvelle entité Air France seraient recrutés « aux conditions du marché » et sans le statut de PNC Air France. A petit feu, c’est la mort du PNC actuel.

L’avenir tracé par « le marché », est la précarisation des métiers.

Dans l’avenir, si le projet « BOOST » voit le jour, il sera acté à Air France que PNC sera un métier de jeune célibataire, à l’image du turn-over impressionnant que l’on observe chez les compagnies low-cost.

BYE BYE 2016 In 2017 we trust…Together !

Au sol, les coûts moindres recherchés vont se traduire par de la sous-traitance sous les avions, seul le RZA (Responsable Zone Avion) sera Air France.

Dans les aérogares, priorité sera donnée au « parcours digital » et aux e-services. Nos passagers n’auront plus à faire à des salariés Air France, mais à des machines, avant de pénétrer dans l’avion.

Les pilotes seraient sous contrat Air France mais voleraient plus sur cette nouvelle compagnie. Au vu des vagues actuelles qui secouent Transavia France avec un conflit larvé entre pilotes Transavia d’origine et pilotes détachés d’Air France, c’est loin d’être gagné… Le plus gros danger consiste en un basculement progressif de lignes Air France vers cette nouvelle entité. Au moindre retournement de conjoncture, pensez-vous que les dirigeants d’Air France, quels qu’ils soient, hésiteront à transférer plus de lignes Air France vers la nouvelle compagnie ?

Le nom du plan est-il bien choisi ? Dommage pour la nouvelle direction, le nom Transform a déjà été pris par Alexandre de Juniac car il aurait été à ravir à Trust Together ! En effet, celui-ci ressemble plus à un plan de transformation profonde de l’entreprise qu’à un plan destiné à restaurer la « confiance ensemble ».

Avec la sous-traitance accrue et la digitalisation, aussi bien dans nos aérogares, qu’au cargo et nos CRC, l’étude de la filialisation de la maintenance (aujourd’hui abandonnée suite à la détermination des salariés), ainsi que les futurs embauchés PNC non Air France, le « Together » en prend un sacré coup !

Le management par le Net Promoter Score (notation par les clients), la refonte du système RH ou encore la mise en place au siège de la compagnie de « l’open space », vont représenter un bouleversement dans la façon de travailler des salariés.C’est en cela qu’il convient de parler d’un plan de transformation d’Air France.

Quelle réaction du corps social dans l’entreprise ?

A la suite des annonces du 3 novembre dernier, certains syndicats semblaient conquis par ces orientations stratégiques. Avec deux mois de recul, l’enthousiasme est semble-t-il retombé de plusieurs crans. Chacun(e) a pu mesurer les impacts sociaux d’une telle vision.

Les PNC connaissent déjà le prix à payer. Au sol, ce n’est guère mieux puisque les effectifs fondent comme neige au soleil d’année en année, sous les coups conjugués de plans de départs volontaires et d’externalisations de charges de travail Air France.

2017 représente une année charnière pour l’avenir de nos emplois et de nos conditions de travail. A coup sûr, les déclinaisons sociales concrètes du plan Trust Together interviendront après l’élection présidentielle.

Pour mémoire, c’était déjà le cas en 2012 avec le lancement du plan Transform’2015 dont les mesures sociales avaient été annoncées au mois de juillet, en pleine périodes de congés…

La CGT ne pourra se contenter de simples concertations au sol comme cela a été le cas depuis 2012. Le nombre d’emplois est uniquement fonction de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois), à la main exclusive de la direction.

Nous exigerons des négociations sur le périmètre de l’entreprise et le maintien de l’emploi, rendues primordiales avec les annonces de création d’une nouvelle compagnie au sein du groupe.

La CGT Air France vous présente ses meilleurs vœux pour 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.